La surexposition aux écrans (PC – Smartphone, 4h par jour en moyenne), l’omniprésence des réseaux sociaux, dans certaines catégories de population, et le fait que lire sur un écran est plus long que sur papier (+25%), ont généré l’émergence de formats d’informations adaptés.
Les médias classiques se déclinent, de nouveaux apparaissent (Brut, MinuteBuzz…) qui, à l’instar de Twitter et ses 140 caractères, produisent un contenu concentré, réduit, viral…
Ces contenus à grignoter et facilement partageables représentent-ils une dérive informationnelle ?
Une question à laquelle Matthieu et Lionel vont essayer de répondre.